Implication de Marcelle Gauvreau dans les activités de la Société canadienne d’histoire naturelle dès le début des années 1930, [1932?].

Marcelle Gauvreau nommée présidente de la Société canadienne d’histoire naturelle. La Presse, 28 janvier 1956.

Marcelle Gauvreau, présidente de la Société canadienne d’histoire naturelle lors de l’inauguration de la 4e exposition nationale des Cercles des jeunes naturalistes dans le cadre de leur 25e anniversaire. La Presse, 1er octobre 1956.

Résumé de la conférence présentée par Marcelle Gauvreau au premier congrès de l’Association canadienne-française pour l’avancement des sciences, à Montréal en 1933. Annales de l’ACFAS, vol. 1, 1935.

Épinglette identifiant Marcelle Gauvreau à titre de participante au deuxième congrès de l’ACFAS à Québec en octobre 1934.

Texte de Marcelle Gauvreau, nommée officiellement chef du secrétariat de la Société canadienne d’histoire naturelle et des Cercles des jeunes naturalistes, publié dans la chronique des Cercles des jeunes naturalistes dans le journal Le Devoir, 22 octobre 1938.

Marcelle Gauvreau nommée responsable du Service éducationnel du Jardin botanique de Montréal, 1939.

Marcelle Gauvreau participe à la formation des directeurs chargés d’encadrer le mouvement des Cercles des jeunes naturalistes, 1940.

Marcelle Gauvreau participe à l’émission radiophonique Le réveil rural diffusée à l’antenne de la Société Radio-Canada, 1938.

Communiqué de la Société Radio-Canada annonçant la création de l’émission radiophonique La cité des plantes sous la direction du frère Marie-Victorin. Ce dernier confiera à Marcelle Gauvreau le soin de réaliser certaines émissions, 1941.

Programme de l’émission radiophonique intitulée La cité des plantes, troisième série, diffusée à l’antenne de la Société Radio-Canada, 1943.

Participation de Marcelle Gauvreau à l’émission radiophonique La cité des plantes diffusée à l’antenne de la Société Radio-Canada, 1943.

Carte de membre de la Société de pédagogie de Montréal de Marcelle Gauvreau, 1942.

Communiqué de la Société Radio-Canada annonçant la création de l’émission radiophonique La fée des fleurs animée par Marcelle Gauvreau, 11 juin 1943.

Introduction de l’émission radiophonique La fée des fleurs diffusée à l’antenne de la Société Radio-Canada et animée par Marcelle Gauvreau, 1943.

Lettre de remerciement d’une auditrice ayant gagné par tirage au sort un livre intitulé Le roi Babar dans le cadre de l’émission radiophonique La fée des fleurs diffusée à l’antenne de la Société Radio-Canada, 2 août 1943.

Retrait de l’émission radiophonique La fée des fleurs par la Société Radio-Canada, 1943.

Mission et réalisations de l’Association des écrivains pour la jeunesse dont Marcelle Gauvreau, conseiller, est un des membres fondateurs, [1951].

Marcelle Gauvreau participe au comité de sélection des pédagogues qui participeront aux émissions de radio et de télévisions scolaires produites par le Département de l’instruction publique et diffusées à l’antenne de la Société Radio-Canada, 1962.

Promotion des émissions de radio et de télévision scolaires produites par le Département de l’instruction publique et diffusées à l’antenne de la Société Radio-Canada. Le Devoir, 4 février 1963.

Programme pour 1962-1963 de la télévision et de la radio scolaires, 1963.

Participation de Marcelle Gauvreau à titre de documentaliste pour l’émission Le secret des choses produite par le Département de l’instruction publique et diffusée à l’antenne de la Société Radio-Canada, 1963.

Participation de Marcelle Gauvreau à titre de documentaliste pour l’émission Les merveilles de la nature produite par le Département de l’instruction publique et diffusée à l’antenne de la Société Radio-Canada, 1963.

Programme pour 1963-1964 de la télévision et de la radio scolaires, 1963.

Participation de Marcelle Gauvreau à titre de documentaliste pour l’émission Les merveilles de la nature produite par le Département de l’instruction publique et diffusée à l’antenne de la Société Radio-Canada, 1963.
Une réalisation du Service des archives et de gestion des documents de l’UQAM / mars 2004