Enfance et vocation
 

Marcelle Gauvreau est née le 28 février 1907, à Rimouski. Fille du docteur Joseph Gauvreau, registraire du Collège des médecins et d’Augustine L’Arrivée, la famille s’établit à Montréal en 1909. Suite à des études primaires à l’Académie Saint-Urbain et à l’Académie du Boulevard, elle entre comme pensionnaire au Mont Sainte-Marie afin d’y faire son cours de lettres et sciences qu’elle termine en 1924. De santé fragile, Marcelle Gauvreau doit attendre 1929 avant de pouvoir s’inscrire à la faculté des lettres et de philosophie de l’Université de Montréal.

Le 23 novembre 1917, Joseph Gauvreau achète une terre située le long de la rivière Beaudette dans le comté de Soulanges, endroit qu’il baptise l’Habitation. La famille y passe chaque été ses vacances et Marcelle, souvent malade y observe à loisir la nature. Initiée à la botanique par un précepteur engagé par son père, elle dira y avoir découvert sa vocation.

L’année 1930 sera décisive quant à l’orientation de la carrière de Marcelle Gauvreau. À l’été 1930, Louis Dupire, secondé par le frère Marie-Victorin, lance par le biais du journal Le Devoir et sous le patronage de la Société canadienne d’histoire Naturelle (SCHN), un concours de botanique. Ce concours connaîtra un énorme succès à la suite duquel naîtront en 1931 les Cercles des jeunes naturalistes (CJN). Le docteur Joseph Gauvreau, ami du frère Marie-Victorin incite ses enfants à s’inscrire au concours afin d’encourager ce dernier. Le 8 novembre 1930, lors du couronnement des lauréats et de l’exposition des travaux à la salle Saint-Sulpice de l’Université de Montréal, Marcelle Gauvreau rencontre pour la première fois le frère Marie-Victorin qu’elle côtoiera jusqu’en 1944, soit jusqu’au décès du frère. Bien que le travail de Marcelle soit jugé hors concours parce qu’elle est inscrite à la Faculté des lettres et de philosophie, il est jugé excellent par le jury. Incitée par ce succès et par le frère Marie Victorin, Marcelle Gauvreau s’inscrit à l’automne 1931 à l’Institut botanique de l’Université de Montréal.

Une réalisation du Service des archives et de gestion des documents de l’UQAM / mars 2004